Une cohabitation entre activité industrielle et biodiversité

Si l’on peut penser, à première vue, qu’activité industrielle et biodiversité ne font pas bon ménage, l’industrie extractive nous prouve le contraire. On savait déjà que les carrières en fin de vie pouvaient abriter des habitats très spécifiques et devenus rares en milieux naturels, mais le secteur a également pu démontrer qu’il pouvait en être de même en pleine phase d’exploitation de la carrière, qui offre également les garanties au développement d’une faune et d’une flore d’une extrême richesse. C’est ainsi que certaines espèces menacées d’extinction il y a quelques années, comme le sonneur à ventre jaune, ont trouvé des habitats pour prospérer pendant l’exploitation. Fediex a consacré un projet à cette gestion dynamique de la biodiversité : le LIFE in Quarries.

Grâce, notamment, aux actions mises en place dans les carrières, les travailleurs sont devenus des acteurs essentiels du maintien et du développement de la biodiversité.


Copyright photo : voir personne sur la photo





economie circulaire



En matière d'environnement, « il y a évidemment des impacts (charroi, bruit, ...). Il faut donc trouver un équilibre qui permette d’assurer la qualité de vie des citoyens et le rôle essentiel que le secteur joue dans notre société. […] En matière de biodiversité, il y a des projets innovants qui ont été lancés par le secteur. »


Céline Tellier, Ministre wallonne de l’Environnement, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité et du Bien-Être animal.


Les entreprises extractives ont le souci constant de gérer au mieux les ressources de leurs carrières, tout en accordant une grande importance aux normes environnementales. Si les projets d’extraction, de réaménagement et de valorisation se font dans le respect strict des autorisations délivrées pour l’exploitation des carrières, ces dernières ont logiquement recours à des technologies qui permettront d’exploiter le plus efficacement les gisements, tout en garantissant un haut niveau de protection de l’environnement.
 



A travers les actions mises en place dans le cadre du projet LIFE in Quarries, le secteur travaille déjà concrètement à la préservation de la biodiversité. « Les carriers savent depuis longtemps qu’il existe sur leurs sites de nombreuses espèces animales et végétales qu’on ne trouve que dans les sites carriers. Et le projet LIFE in Quarries a permis de mettre ces espèces en évidence et de travailler avec des scientifiques à une meilleure préservation et une meilleure gestion de toutes ces espèces dans nos carrières. »


Frédéric De Visscher, Président de la Commission Environnement de Fediex et Directeur Environnement et Patrimoine chez Carmeuse.”


economie circulaire


economie circulaire



Il est question ici de véritables services écosystémiques, c’est-à-dire de profits tirés de cette synergie entre industrie et biodiversité et dans l’intérêt de tous. « Les services écosystémiques sont définis comme les bénéfices que les sociétés humaines tirent des écosystèmes. Donc, ces derniers remplissent des fonctions, peuvent fixer le carbone, l’azote, régulent le cycle de l’eau et la biomasse, et fournissent également des opportunités esthétiques, artistiques, ... Et toutes ces fonctions fournissent des bénéfices aux activités humaines. »


Grégory Mahy, Professeur académique à Gembloux Agro-Bio Tech (GxABT – Ulg).



Il est primordial que « le grand public [découvre] cette autre facette du métier qui se soucie du bien commun, qui s’engage pour la biodiversité et qui fait aussi des efforts pour réduire son impact ; c’est important car tout n’est ni tout noir ni tout blanc. Les carrières, ce ne sont pas non plus que des nuisances et du négatif, ce sont aussi des hommes, qui s’engagent, concrètement, sur le long terme. »


Virginie Hess, Journaliste et Chroniqueuse Nature-Environnement pour la RTBF.


economie circulaire


economie circulaire



Un des grands succès de ces actions, outre les résultats au niveau du développement de la biodiversité, c’est l’engouement et l’engagement créés auprès des travailleurs dans les carrières, les premiers acteurs sur le terrain. « C’est vraiment chouette d’avoir sur chaque site des personnes super motivées qui sont nos relais au quotidien pour faire vivre ce projet de façon concrète. Ce sont des acteurs et observateurs aux premières. loges, nous avons besoin d’eux pour assurer la mise en œuvre et le suivi du projet, leur rôle est très important. »


Perrine Garreau, Responsable Environnement pour les Carrières Unies de Porphyre (CUP).